Directory Intranet
Chargement
PITTON Anne-Cécile

Contributions à la ré-identification de véhicules par analyse de signatures magnétiques tri-axiales mesurées par une matrice de capteurs

 

Directeur de thèse :     Sylvie CHARBONNIER

École doctorale : Electronique, electrotechnique, automatique, traitement du signal (EEATS)

Spécialité : Sciences Cognitives, psychologie et Neurocognition

Structure de rattachement : Grenoble-INP

Établissement d'origine : INPG - ENSERG

Financement(s) : Bourse attribuée par un organisme

 

Date d'entrée en thèse : 01/10/2009

Date de soutenance : 15/01/2015

 

Composition du jury :
Pr Noureddine ZERHOUNI Rapporteur
Pr Moamar SAYED MOUCHAWEH Rapporteur
Pr Pierre BEAUSEROY Examinateur
Pr Christophe BERENGUER Examinateur
Dr Sylvie CHARBONNIER Directrice de thèse
M. Andréa VASSILEV Co-Encadrant

 

Résumé : La rĂ©-identification de vĂ©hicules permet d'estimer deux paramètres clĂ©s en gestion dynamique de trafic : les temps de parcours et les matrices origine-destination. Dans cette thèse, nous avons choisi d'effectuer cette rĂ©-identification par analyse des signatures magnĂ©tiques mesurĂ©es par des capteurs tri-axiaux placĂ©s sur la chaussĂ©e. La signature magnĂ©tique est gĂ©nĂ©rĂ©e par l'aimantation du vĂ©hicule : elle est alors susceptible de varier en fonction de l'orientation du vĂ©hicule par rapport au champ magnĂ©tique terrestre (Ă  cause de l'aimantation induite dans le plan horizontal), et en fonction de sa position latĂ©rale relative par rapport aux capteurs. Les expĂ©rimentations que nous avons menĂ©es nous ont permis d'obtenir une base de donnĂ©es de signatures magnĂ©tiques, et ainsi d'Ă©valuer les performances des deux mĂ©thodes de rĂ©-identification que nous avons Ă©laborĂ©es. La première mĂ©thode consiste Ă  comparer directement des paires de signatures magnĂ©tiques mesurĂ©es par les capteurs. Les calculs de distances entre les paires sont effectuĂ©s avec des algorithmes classiques comme la distance euclidienne. Les rĂ©sultats obtenus sont très bons, et baissent peu lorsque le vĂ©hicule change d'orientation. Toutefois, ils sont très sensibles Ă  la dĂ©formation des signaux due au dĂ©calage latĂ©ral du vĂ©hicule, et nĂ©cessitent donc de positionner un capteur tous les 0.20m sur toute la largeur de la voie. Dans un second temps, nous proposons une mĂ©thode de rĂ©-identification qui compare des paires de modèles magnĂ©tiques de vĂ©hicules. Ces modèles sont composĂ©s de plusieurs dipĂ´les, et sont calculĂ©s Ă  partir des signatures mesurĂ©es. La modĂ©lisation a pour but de s'affranchir du dĂ©calage latĂ©ral du vĂ©hicule, en remontant Ă  la position relative du vĂ©hicule par rapport aux capteurs. Avec deux fois moins de capteurs que la mĂ©thode prĂ©cĂ©dente, les rĂ©sultats obtenus sur signaux rĂ©els sont Ă©galement très bons, mĂŞme s'ils sont plus sensibles au changement d'orientation du vĂ©hicule. De plus, une simulation nous permet d'extrapoler qu'il est effectivement possible de s'affranchir du dĂ©calage latĂ©ral avec cette mĂ©thode.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31