Vous êtes ici : GIPSA-lab > Formation > Thèses soutenues
Chargement
ROCHET-CAPELLAN Amlie

De la substance à la forme : rôle des contraintes motrices orofaciales et brachiomanuelles de la parole dans l''émergence du langage

 

Directeur de thèse :     Jean-Luc SCHWARTZ

École doctorale : Ingénierie pour la santé, la cognition et l''environnement (edisce)

Spécialité : Sciences Cognitives, psychologie et Neurocognition

Structure de rattachement : Grenoble-INP

Établissement d'origine : INPG

Financement(s) : allocation MENRT

 

Date d'entrée en thèse : 01/10/2004

Date de soutenance : 23/10/2007

 

Composition du jury :
Pascal Perrier (président)
Noël Nguyen (rapporteur)
Rudolph Sock (rapporteur)
Jean-Luc Schwartz (directeur de thèse)
Rafael Laboissière (co-encadrant)
David Ostry (examinateur)

 

Résumé : Et si les propriétés sensori-motrices de la parole modelaient le langage ? Cette hypothèse a propulsé le langage dans le monde de la complexité et de la cognition encorporée. Nous introduisons ici différents types d'arguments montrant le rôle de la motricité de la parole dans la genèse du langage. Motricité orofaciale, d'abord, avec l'idée que les propriétés de la coordination inter-articulateurs contraindraient la morphogenèse du langage. Motricité orofaciale et brachiomanuelle, ensuite, avec l'hypothèse que le langage émergerait de la coordination main-bouche portant l'acte de pointage par la voix et par la main. Dans ce cadre, nos expériences analysent les mouvements enregistrés chez des locuteurs du français dans différentes tâches afin d'établir les propriétés des coordinations mâchoire-langue-lèvres dans la parole, puis mâchoire-main dans le pointage. Ces recherches s'intègrent au cadre de recherche global et récent proposant d'étudier le langage comme un système-complexe.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31