Vous êtes ici : GIPSA-lab > Formation > Thèses soutenues
Chargement
CHATEL-GOLDMAN Jonas

Electro-encéphalographie synchrone de deux individus : peut-on appliquer la neuroimagerie à l’étude de l’interaction humaine?

 

Directeur de thèse :     Marco CONGEDO

Co-directeur de thèse :     Jean-Luc SCHWARTZ

Co-encadrant :     Christian JUTTEN

École doctorale : Ingénierie pour la santé, la cognition et l''environnement (edisce)

Spécialité : Sciences Cognitives, psychologie et Neurocognition

Structure de rattachement : Grenoble-INP

Établissement d'origine : INP-PHELMA

Financement(s) : Contrat doctoral ; ATER

 

Date d'entrée en thèse : 01/10/2010

Date de soutenance : 23/06/2014

 

Composition du jury :
Mr Arnaud DELORME, CR CNRS, CERCO, Toulouse, Rapporteur
Mr Fabrizio DE VICO FALLANI, Dr., CRICM, Paris, Rapporteur
Mr Edouard GENTAZ, Professeur, Université de Genève, Examinateur
Mr Jean-Philippe LACHAUX, DR CNRS, INSERM, Bron, Examinateur
Mr Antoine SOULOUMIAC, Dr., Institut CEA LIST, Saclay, Examinateur
Mr Christian JUTTEN, Professeur, Gipsa-lab, Grenoble, Co-directeur de thèse
Mr Jean-Luc SCHWARTZ, DR CNRS, Gipsa-lab, Grenoble, Co-directeur de thèse
Mr Marco CONGEDO, CR CNRS, Gipsa-lab, Grenoble, Directeur de thèse

 

Résumé : Que se passe-t-il entre nos corps et nos esprits lorsque nous sommes sur la même longueur d'onde ? En particulier, sur quels mécanismes biologiques reposent nos facultés sociales à se coordonner et à communiquer nos intentions, nos émotions ? Pour le comprendre, une façon de procéder consiste à enregistrer en même temps les activités cérébrales et physiologiques de tous les individus en interaction. Cependant, la transition vers une approche à plusieurs sujets en neuro-imagerie (modalité « hyperscanning ») complique les expériences et l'analyse des données qui en découlent. Cette thèse s'articule donc autour de deux volets distincts mais complémentaires dans leur fonction. D'une part, nous contribuons à développer des méthodes de traitement du signal adaptées à l'analyse des données produites en hyperscanning. D'autre part, nous étudions le couplage interpersonnel pendant l'empathie et le toucher social. Nous montrons que ce type de toucher affectif peut s'accompagner d'un couplage de nos activités physiologiques, un résultat qui souligne la continuité entre le cerveau, le corps et l'environnement, les autres individus y compris.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31