Vous êtes ici : GIPSA-lab > Formation > Thèses soutenues
Chargement
BARBIER Guillaume

Contrôle de la production de la parole chez l'enfant de 4 ans : l'anticipation comme indice de maturité motrice

 

Directeur de thèse :     Pascal PERRIER

École doctorale : Ingénierie pour la santé, la cognition et l''environnement (edisce)

Spécialité : Ingénierie de la Cognition, de l'interaction, de l'Apprentissage et de la Création (CIA)

Structure de rattachement : UJF

Établissement d'origine : INP-PHELMA

Financement(s) : Contrat doctoral

 

Date d'entrée en thèse : 10/10/2011

Date de soutenance : 08/09/2016

 

Composition du jury :
Pascal PERRIER (EDISCE) - Directeur de these
Yohan PAYAN (EDISCE) - Co-Directeur de these
Lucie MéNARD - Co-encadrante de these
Melissa REDFORD - Rapporteur
Cécile FOUGERON - Rapporteur
David OSTRY - Examinateur
Anne GUéRIN-DUGUé - Examinateur

 

Résumé : Ce travail de thèse étudie la production de la parole à l'âge de 4 ans, en comparaison avec l'adulte, sous l'angle du contrôle moteur. Un intérêt particulier a été porté à deux indices : la variabilité liée à la répétition de voyelles isolées et la coarticulation anticipatoire intra et extra-syllabique dans le cadre de la production de séquences de type V1-C-V2. Des données acoustiques et articulatoires ont été enregistrées via l'échographie linguale et le dispositif HOCUS. Les données acoustiques ont été analysées pour 20 enfants et 10 adultes et les données articulatoires ont été analysées pour 6 de ces enfants et 2 de ces adultes. En accord avec de nombreuses études de la littérature, la variabilité liée à la répétition est plus importante chez les enfants que chez les adultes. Une forte anticipation de V2 dans la réalisation de V1 a été observée pour tous les adultes. Chez les enfants, cette anticipation n'est pas systématique, et lorsqu'elle est observée, elle est d'amplitude plus faible que chez les adultes. Ainsi, seulement 5 enfants parmi les 20 étudiés montrent des signes d'anticipation, majoritairement dans la dimension antéropostérieure, manifestée dans l'espace acoustique par la dimension F2. La coarticulation anticipatoire intra-syllabique semble également être d'amplitude plus faible chez les enfants. Enfin, les gestes de parole des enfants sont plus lents que ceux des adultes. Dans leur ensemble, ces résultats sont interprétés comme la preuve de l'immaturité du système moteur pour la production de la parole chez l'enfant, selon deux perspectives : des patrons moteurs insuffisamment stables pour la production de gestes vocaliques et un manque d'efficacité dans l'anticipation les gestes futurs lors de la production d'une séquence de sons de parole. Selon une perspective empruntée aux théories du contrôle moteur optimal, nous proposons que la coarticulation anticipatoire repose sur l'usage de modèles internes, représentations sensori-motrices du système moteur de la parole dans le système nerveux central, et que son amplitude reflète la maturation progressive de ces représentations sensori-motrices à mesure que la production de la parole se développe.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31