Vous êtes ici : GIPSA-lab > Formation > Thèses soutenues
Chargement
BUCHOUD Edouard

Détection, localisation et quantification de déplacements par capteurs à fibre optique

 

Directeur de thèse :     Jérôme MARS

École doctorale : Terre, univers, environnement (tue)

Spécialité : Sciences de la Terre, et de l'Univers et de l'Environnement

Structure de rattachement : Autre

Établissement d'origine : INPG - ENSE3

Financement(s) : CIFRE

 

Date d'entrée en thèse : 17/10/2011

Date de soutenance : 13/10/2014

 

Composition du jury :
M. Fréderic Dufour, Professeur, Grenoble - INP, Président
M. Jean-Jacques Fry, Professeur, Ecole Centrale de Lyon, rapporteur
M. Philippe Ravier, Maître de Conférence, Université d''Orléans, rapporteur
M. Jean-Robert Courivaud, Docteur, EDF, Examinateur
M. Salah Bourennane, Professeur, Institut Fresnel, Ecole Centrale de Marseille, Examinateur
M. Jérôme Mars, Professeur, Grenoble - INP, Directeur de thèse
M. Valeriu Vrabie, Maitre de Conférence, Université de Reims, Encadrant de thèse
M. Sylvain Blairon, Ingénieur, EDF, Encadrant de thèse
M. Yves-Laurent Beck, Docteur, EDF, Invité
M. Guy D''Urso, Ingénieur, EDF, Invité

 

Résumé : Nous étudions l'utilisation de capteurs à fibres optiques pour la quantification de défauts pathologiques sur des ouvrages en génie civil. Ce type de capteur se compose de deux éléments : l'un est la fibre optique qui est l'élément sensible, et l'autre est l'interrogateur qui permet d'effectuer une mesure répartie sur plusieurs kilomètres de fibre. Les inconvénients de ce capteur sont qu'il mesure simultanément la déformation et la température, et que son pas de mesure est limité à la dizaine de centimètre. Nous étudions donc le fonctionnement des capteurs à fibre optique pour reconstruire un profil de déformation athermique avec un pas de mesure de l'ordre du centimètre. Pour ce faire, nous utilisons des méthodes de décomposition de matrices non négatives, des méthodes de reconstruction bayésienne, du filtrage adaptatif et de la séparation de source aveugle. A partir du profil de déformation athermique, nous pouvons alors relier les signatures caractéristiques en déformation de défauts pathologiques au déplacement dans l'ouvrage étudié. Nous avons mis en oeuvre un procédé estimant le tassement vertical maximal dans le sol.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31