Vous êtes ici : GIPSA-lab > Formation > Thèses soutenues
Chargement
DUCHENE Cdric

Influence des fluctuations sur l''échantillonnage et la quantification dans le système visuel

 

Directeur de thèse :     Pierre-Olivier AMBLARD     Steeve ZOZOR

École doctorale : Electronique, electrotechnique, automatique, traitement du signal (eeats)

Spécialité : Signal, image, parole, télécoms

Structure de rattachement : Grenoble-INP

Établissement d'origine : INPG

Financement(s) : allocation MENRT

 

Date d'entrée en thèse : 01/10/2003

Date de soutenance : 19/07/2007

 

Composition du jury :
Jeanny Hérault (président)
Jean-Marie Bilbault (rapporteur)
Olivier Michel (rapporteur)
David Rousseau (examinateur)
Pierre-Olivier Amblard (directeur de thèse)
Steeve Zozor (co-directeur de thèse)

 

Résumé : De récentes études tendent à montrer que les réseaux de neurones biologiques exploitent le bruit et les non-linéarités pour favoriser les processus de traitements de l''information. Cette thèse s''articule autour de cette thématique; elle tente de mettre à jour des liens entre des opérations de traitement du signal susceptibles d''apparaitre au sein du système visuel et les facteurs aléatoires qui y sont sous-jacents. Une description du système visuel et de ses différentes sources de bruits est réalisée dans le premier chapitre. Nous étudions dans le chapitre 2, le lien possible entre l''échantillonnage si particulier de la rétine et les mouvements incontrôlables et incessants de l''œil, les micro-mouvements. A l''aide de modèles simples de rétine et pour des fluctuations de diverses natures nous montrons que la ressemblance entre la scène projetée sur la rétine et la scène réelle peut être améliorée par des micro-mouvements aléatoires. Dans le chapitre 3, on s''intéresse à un problème récurent dans les systèmes naturels tel que le processus visuel : le test d''hypothèse binaire en milieu bruité. En particulier, nous caractérisons qu''elle peut être l''influence du bruit interne sur les performances de détection des premières couches de neurones du système visuel. Pour prendre en compte le bruit interne observé dans les réseaux de neurones biologiques, nous proposons de réaliser l''étude autour de quantifieurs stochastiques, quantifieurs dont les seuils sont soumis à des fluctuations aléatoires. Là encore, on observe que le bruit injecté dans le modèle permet d''accroitre les performances de détection en diminuant la probabilité d''erreur.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31