Vous êtes ici : GIPSA-lab > Formation > Thèses soutenues
Chargement
CHAIX DE LAVARENE Brice

L’échantillonnage spatio-chromatique dans la rétine humaine et les caméras numériques

 

Directeur de thèse :     Jeanny HERAULT

École doctorale : Electronique, electrotechnique, automatique, traitement du signal (eeats)

Spécialité : Signal, image, parole, télécoms

Structure de rattachement : UJF

Établissement d'origine : UJF

Financement(s) : allocation MENRT

 

Date d'entrée en thèse : 10/10/2004

Date de soutenance : 22/11/2007

 

Composition du jury :
Pierre-Yves Coulon, Président
Christine Fernandez-Maloigne, rapporteur
Sabine Süsstrunk, rapporteur
Michel Paindavoine, examinateu r
Jeanny Hérault, directeur de thèse
David Alleyson, co-directeur de thèse

 

Résumé : l est aujourd’hui établi que la vision des couleurs chez l’homme est permise par la présence de trois types de photorécepteurs, sensibles respectivement aux courtes, moyennes et grandes longueurs d’onde de la lumière. La présence de ces trois classes d’échantillonneurs induit un espace perceptif des couleurs tridimensionnel. Par ailleurs, les expériences psycho-physiques montrent que le système visuel humain construit trois voies perceptives à partir de l’image échantillonnée au niveau des cônes. L’une contient l’information achromatique, appelée lumi- nance, et les deux autres véhiculent les informations d’oppositions de couleurs rouge moins vert et bleu moins jaune. Cependant, le système visuel est confronté à un problème de taille puisqu’à chaque position spatiale de la rétine, un seul cône est présent. Chaque cône mesure, par conséquent, à la fois l’information de luminance et l’information de couleur. Le mécanisme permettant le passage de cette information rétinienne ambiguë à trois voies perceptives distinctes est encore mal compris, en particulier dans le cas d’un arrangement irrégulier des cônes, tel que c’est le cas dans la rétine. Nous proposons un modèle d’estimation de la luminance et des oppositions de couleurs s’appliquant quel que soit l’arrangement spatial des photorécepteurs, et discutons de ses impli- cations pour le traitement rétinien de la couleur. Ce modèle s’applique également au domaine des caméras numériques dites ”mono-capteur”, ces dernières étant confrontées à la même pro- blématique d’échantillonnage spatio-chromatique que la rétine.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31