Vous êtes ici : GIPSA-lab > Formation > Thèses soutenues
Chargement
CANAULT Mlanie

L'émergence du contrôle articulatoire au stade du babillage. Une étude acoustique et cinématique

 

Directeur de thèse :     Pascal PERRIER

École doctorale : Ecole Doctorale des Humanités (U. Strasbourg 2)

Spécialité :

Structure de rattachement : Autre

Établissement d'origine : Université de Strasbourg

Financement(s) :

 

Date d'entrée en thèse : 05/11/2003

Date de soutenance : 12/12/2007

 

Composition du jury :
Jean-Pierre Zerling,(Président)
Sophie Wauquier (Rapporteur)
Noël Nguyen, (Rapporteur)
Rafael Laboissière (Examinateur)
Pascal Perrier(Co-directeur)
Rudolph Sock (Co-Directeur)

 

Résumé : L'acquisition du langage est un processus long et complexe au cours duquel le bébé doit faire émerger une compétence linguistique spécifique tout en développant ses performances motrices. Le babillage, période que l'on situe généralement entre l'âge de 6 mois et l'âge de 12 mois, s'inscrit comme une phase transitoire capitale de l'évolution du langage au cours de laquelle un certain nombre d'habiletés vont se mettre en place. C'est au cours de cette période développementale que les premières syllabes émergent. Dans un premier temps, elles sont redupliquées (babillage redupliqué), puis elles vont peu à peu offrir des configurations différentes (babillage varié). Toutefois, cette première forme de structuration du langage ne serait pas le résultat d'un développement moteur, mais plutôt celui de fortes contraintes imposées par la mandibule. C'est du moins ce que défend la théorie « Frame then Content » de MACNEILAGE (1998) pivot de notre recherche. L'alternance des phases d'ouverture et de fermeture de la cavité buccale, sous l'impulsion de cet articulateur, offre un enchaînement syllabique régulier. Au stade précoce du babillage, la mandibule domine le système de production alors que la langue est soumise à une relative inertie articulatoire. Bien que la mandibule soit le seul articulateur actif, elle ne serait pas encore contrôlée au début du babillage. C'est à l'âge d'un an que la mandibule atteindrait sa maturité, c'est-à-dire à la fin du babillage. Nous chercherons donc, dans un premier temps, à savoir comment va s'établir l'évolution du patron temporel des gestes mandibulaires. Mais nous tendrons également à montrer comment les déplacements de la langue vont se dissocier de ceux de la mandibule pour devenir indépendants avec l'âge. Deux jeux de données seront exploités, un échantillon de données acoustiques et un échantillon de données acoustiques et articulatoires (Optotrak) couplées.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31